Qui est Thor Heyerdahl ? Le Navigateur à la Recherche des Civilisations Oubliées

 Temps de lecture : environ 

Thor Heyerdahl (1914 - 2002) est l'un des plus grands explorateurs du 20ème siècle, et sûrement l'un des plus controversés. Le navigateur, ethnographe et anthropologue norvégien est notamment connu pour avoir traversé en 1947 une bonne partie de l'océan Pacifique sur un bateau ouvert, le Kon-tiki, construit en balsa, afin de questionner les origines du peuple polynésien. Vingt ans plus tard, il réitère l'exploit avec les bateaux Ra II et Tigris, cette fois en roseaux, avec lesquels il traverse l'Atlantique avec Ra II et navigue le long des golfes d'Oman, de Perse et enfin d'Aden avec Tigris.

Tout au long de sa vie, il a tenté de renverser le consensus scientifique sur l'origine des peuples polynésiens en essayant de prouver qu'ils n'étaient pas originaires d'Asie orientale mais d'Amérique du Sud. Il s'est aliéné la communauté scientifique par ses travaux, mais il a largement participé à la vulgarisation de ces thèmes et de la science en général. Il a notamment contribué à populariser l'idée qu'il existait probablement des contacts et donc des liens transocéaniques entre les anciennes cultures du monde. Tout au long de sa vie, il a tenté de renverser le consensus scientifique sur l'origine des peuples polynésiens en essayant de prouver qu'ils n'étaient pas originaires d'Asie orientale mais d'Amérique du Sud. Il s'est aliéné la communauté scientifique par ses travaux, mais il a largement participé à la vulgarisation de ces thèmes et de la science en général. Il a notamment contribué à populariser l'idée qu'il existait probablement des contacts et donc des liens transocéaniques entre les anciennes cultures du monde.

Carte d'identité

Nom : Thor Heyerdahl

Naissance : 6 octobre 1914, Larvik, Norvège

Décès : Le 18 avril 2002 (à l'âge de 87 ans), Colla Micheri, Italie

Nationalité: Norvégienne

Enfants : 5 - Bjørn Heyerdahl, Marian Heyerdahl, Annette Heyerdahl, Helene Elisabeth Heyerdahl et Thor Heyerdahl Jr.

Épouses : Liv Coucheron-Torp (M. 1936 ; DIV. 1947), Yvonne Dedekam-Simonsen (M. 1949 ; DIV. 1969), Jacqueline Beer (M. 1991)

Occupations : Navigateur, ethnographe et anthropologue

Une Jeunesse Marquée par un Profond Amour de la Nature

Thor Heyerdahl est né le 6 octobre 1914 à Larvik, une petite ville côtière au sud d'Oslo. Fils de Thor Heyerdahl (1869-1957), brasseur local et directeur d'une usine d'eau minérale, et d'Alison Lyng (1873-1965), qui dirigeait l'association locale des musées, il est issu d'une famille de la haute société locale.

la maison de thor heyerdahl

Steingata 7 i Larvik - barndomshjemmet til Thor Heyerdahl, 27 décembre 2008, Arnstein Rønning, Œuvre personnelle (CC BY-SA 3.0)

Les visites répétées de ces musées et les études de zoologie, d'art populaire et de cultures primitives de sa mère, qui s'intéressait particulièrement à la théorie de l'évolution de Charles Darwin, ont rapidement éveillé l'imagination du jeune Thor, qui rêvait déjà d'explorer les mers du monde et de découvrir ses cultures ancestrales. Il construit rapidement son propre "musée" animalier dans une dépendance de la brasserie de son père.

Sportif dès sa plus tendre enfance, Thor affectionne particulièrement la nature, dans laquelle il pratique le ski de fond, la luge et les longues randonnées. Il profite de la nature norvégienne et des vacances d'été passées avec sa famille dans une cabane en rondins en pleine nature pour découvrir les montagnes de la région, dans lesquelles il s'entraîne à vivre seul (avec son chien groenlandais Kazan), en autonomie pendant des périodes de plus en plus longues. Il rencontre un ermite qui lui transmet l'amour de la nature. Il part parfois accompagné de son ami Erik Hesselberg avec qui il explore de nouvelles régions du massif de Jotunheim et expérimente de nouvelles techniques de survie.

Îles Lofoten Norvège

Il a commencé à raconter ses aventures dans l'hebdomadaire de sa région et dans divers magazines. Il avait l'habitude d'illustrer ses histoires avec ses propres photographies et dessins. Son écriture s'affine rapidement et son contenu devient de plus en plus pédagogique, si bien qu'il devient rapidement une référence dans le domaine des activités de plein air.

En 1933, il entre à l'Université d'Oslo, à la faculté des sciences biologiques et se spécialise rapidement en zoologie et en géographie. Thor a l'habitude de passer une partie de son temps libre chez un ami proche de ses parents, Bjarne Kroepelien, avec qui il se découvre une passion pour la Polynésie, son histoire et sa culture, à travers de nombreux objets et livres, Bjarne possédant à l'époque la plus grande collection privée d'objets sur la Polynésie. Bjarne a eu l'occasion de voyager en Polynésie pendant la Première Guerre mondiale, à Tahiti, où il a épousé Tuimata, l'une des filles du chef tahitien Tereiireoo. Elle a perdu la vie en 1918 à la suite de la pandémie de grippe espagnole.

Avec sa compagne de l'époque, Liv Coucheron-Torp (1916-1969), il décide de quitter l'Université et de monter une expédition dans les îles isolées du Pacifique, que son père finance et qui est parrainée par deux de ses professeurs (Pr Bonnevie et Pr Broch). Thor et Liv se marient la veille de Noël 1936, alors âgés respectivement de 22 et 20 ans, et s'envolent le lendemain pour Fatu Hiva, dans les îles Marquises.

Sur place, il a découvert que des voyageurs péruviens avaient visité l'île par le passé. Il a également entendu des histoires et des légendes locales sur Kon-tiki, le "roi soleil blanc et barbu" qui est arrivé par la mer. Il fait rapidement la corrélation entre ces événements et, refusant de croire à une coïncidence, commence à s'interroger sur les origines des peuples qui peuplent ces îles. Commence alors sa longue quête qui sera le fil conducteur de sa vie.


Fatu Hiva : Une Expérience Troublante dans le Jardin d'Eden

Le but de cette expédition, l'étude de la propagation des espèces animales entre les îles, cachait en fait le désir du couple de fuir la civilisation occidentale et de "retourner à la nature". Après un séjour à Tahiti où ils rencontrent le chef Tereiireoo, ils arrivent à Fatu Hiva en 1937, sans provisions ni armes (à l'exception d'une machette et d'une marmite achetées sur place) et décident de s'installer au milieu de l'île, dans une petite vallée, la vallée de Uia, entourée de montagnes.

Îles Marquises

Les six communes des îles Marquises, 2 mai, Godefroy, œuvre personnelle (CC BY-SA 3.0)

Ils ont vécu pendant des mois loin de la Terre, profitant de leur environnement pour mener leurs recherches académiques en collectant des informations sur les spécimens qui les entouraient mais aussi en écoutant les histoires ancestrales des populations locales et en analysant la direction des vents et des courants.

C'est dans ce contexte particulier que les premières ébauches de la théorie de Thor ont émergé dans son esprit. En étudiant son environnement immédiat, entouré de ruines de l'ancienne civilisation marquisienne, il théorise la possibilité d'un contact transocéanique entre les premières populations polynésiennes et les peuples sud-américains.

Fatu Hiva Marquises

Baie des Vierges (Hanavave), Fatu Hiva, îles Marquises, Polynésie française, 17 janvier 2018, Monster4711, œuvre propre, (CC BY-SA 3.0)

Leur idylle dans cette nature ne dura cependant pas. Mal préparés à cet environnement rigoureux et primitif, ils furent rapidement confrontés aux aléas du climat, à des relations compliquées avec les indigènes et à des maladies tropicales qui les poussèrent, un an plus tard, à retourner à la civilisation, en Norvège.

Cela leur a permis de travailler sur un livre retraçant leurs aventures durant cette année en autarcie. Ces événements furent racontés dans "På Jakt etter Paradiset (La chasse au paradis)", publié en 1938 en Norvège et dont la traduction en anglais fut avortée par le déclenchement de la première guerre mondiale, et jamais reprise. Ce n'est que près de 40 ans plus tard que, grâce à une réputation grandissante, Thor publie en 1974 "Fatu Hiva : Back to Nature".

L'important pour Heyerdahl était qu'il avait trouvé sa voie et qu'il devait maintenant prouver que l'opinion scientifique dominante avait tort.


L'Expédition Kon-Tiki : la Preuve par l'Expérience

Thor était confronté à la quasi-totalité de la sphère académique, qui documentait une arrivée de peuples dans les îles polynésiennes en provenance d'Asie orientale, en se basant notamment sur la présence de poteries de la culture Lapita, s'étendant d'ouest en est. En outre, les scientifiques de l'époque s'appuyaient sur la direction des vents et des courants du Pacifique pour étayer leur consensus. Thor pensait que les premiers Polynésiens avaient pu naviguer depuis l'Amérique du Sud.

En 1938, après son retour de Fatu Hiva, le couple s'installe près de Lillehammer pour étudier les migrations des tribus amérindiennes de la Colombie britannique au Canada. Il pense que deux vagues successives de migrations auraient permis la colonisation de la Polynésie. La première serait une vague venant d'Amérique du Nord, et une autre d'Amérique du Sud. Il a présenté ces théories à des anthropologues américains, dont Herbert Spinden, qui l'a contesté en disant "bien sûr, vous pourriez très bien essayer de naviguer du Pérou aux îles du Pacifique sur un radeau en balsa".

Les scientifiques de l'époque contredisent frontalement Heyerdahl, arguant que les peuples primitifs d'Amérique ne disposaient pas de la technologie et des bateaux nécessaires pour naviguer à travers les océans sur de si longues distances. Ils affirment également que la météorologie et la direction des vents et des courants empêchaient toute navigation est-ouest.

Expédition Kon-Tiki 1947. La traversée du Pacifique

Expédition Kon-Tiki 1947. Across the Pacific, 16 avril 2013, Téléchargé par palnatoke, Nasjonalbiblioteket de Norvège. (CC BY-SA 4.0)

Quoi de mieux que l'expérience pour lui donner raison ? Il élabore une expédition qui n'a jamais été réalisée auparavant : naviguer du Pérou à la Polynésie sur un bateau respectant le savoir-faire de l'époque afin de prouver que ce voyage est possible.

En 1947, il construit un bateau, un radeau pae-pae en bois de balsa disponible à Callao, au Pérou, en se basant sur d'anciens dessins de conquistadors représentant des radeaux incas, sur des vestiges archéologiques et sur des légendes autochtones. Il le nomme Kon-Tiki, en l'honneur de la légende polynésienne. Le 28 avril 1947, il prend la mer avec 5 autres aventuriers et un perroquet en direction des îles Tuamotu.

📷 Crédit : La chaîne Youtube du musée Kon-Tiki

Après 101 jours de mer et 8000 km exactement, et alors que Thor a une peur maladive de l'eau (il a failli se noyer deux fois dans son enfance), le Kon-tiki s'écrase sur un récif corallien à Raoira le 7 août 1947. Malgré ce "naufrage", Thor a prouvé au monde entier qu'il était tout à fait possible de naviguer vers l'ouest sur le Pacifique avec l'aide des alizés sur un radeau primitif. Le bateau lui-même se trouve maintenant dans un musée à Oslo.

Le Kon-Tiki au musée Kon-Tiki d'Oslo, en Norvège.

Kon-Tiki, exposé à l'intérieur du Musée Kon-Tiki, Oslo, 30 août 2019, Bahnfrend, Œuvre personnelle (CC BY-SA 4.0)

Il a raconté son voyage dans le livre "The Kon-Tiki Expedition : By Raft Across the South Seas", qui connut un énorme succès, vendu à plus de 20 millions d'exemplaires et traduit dans près de 70 langues. Ce fut également le premier voyage de ce type à être filmé, donnant lieu à un film documentaire éponyme, qui lui valut un Oscar en 1951. Une deuxième version sortira à titre posthume en 2012 et sera nominée pour un Oscar et un Golden Globe.

📷 Crédit : Chaîne Youtube de Movieclips Trailers

Même si Thor venait de prouver que les voyages transocéaniques sur des navires primitifs étaient possibles, il n'y avait aucune preuve que ces voyages avaient réellement eu lieu.


Expéditions Archéologiques aux îles Galapagos et à l'île de Pâques : A la Recherche de Preuves Oubliées (1953 - 1956)

Une fois l'expérience de la traversée des océans validée, Thor devait accumuler des preuves tangibles du passage des populations sud-américaines sur les îles du Pacifique. Pour cela, il se rend 5 ans plus tard, en 1953, avec deux archéologues (Arne Skølsvold et Erik Reed) sur les îles Galápagos, où ils trouvent un bateau inca, des tessons particuliers de poteries correspondant à l'artisanat préhistorique sud-américain et un instrument de musique très franchement proche d'une flûte inca. Ces découvertes attestent d'un passage de populations sud-américaines sur ces îles avant que Christophe Colomb n'atteigne l'Amérique.

Plage de Pano Anakena

Panorama d'Anakena, Île de Pâques, avec deux Ahu : celui du premier plan a un Moai ; celui du second en a plusieurs.date inconnue, Rivi, œuvre propre, (CC BY-SA 3.0)

Fort de ces découvertes qui semblent confirmer sa théorie, il organise une seconde expédition, cette fois sur l'île de Pâques, de 1955 à 1956, avec 5 autres scientifiques à la recherche de traces des premières personnes arrivées sur l'île. Ils ont passé de nombreux mois à parcourir l'île et à étudier les principaux sites archéologiques afin d'en apprendre davantage sur les pratiques des habitants primitifs de l'île (que ce soit en termes de mode de vie, d'art, de transport ou de création et d'érection des célèbres moai).

Parmi leurs découvertes, ils ont présenté une gravure sur l'une des statues de pierre, représentant un bateau avec une voile, similaire à ceux représentés sur plusieurs artefacts précédemment découverts en Amérique du Sud. L'équipe a publié deux rapports scientifiques, auxquels Thor en a ajouté un troisième, "The Art of Easter Island", et a publié un livre populaire sur ces recherches, "Aku-Aku : The Secret of Easter Island", qui fut un succès commercial mondial.

thor heyerdahl devant un moai de l'île de Paque

Sur l'île de Pâques, 1997, "Центр Стаса Намина",(CC BY-SA 3.0)

Selon ses recherches, et en se basant à la fois sur ses recherches archéologiques et sur ses conversations avec la population locale, Thor pense que l'île a été initialement colonisée par les "", que l'on peut traduire par "longues oreilles". Ce peuple serait originaire d'Amérique du Sud. Par la suite, l'île aurait connu de nouvelles vagues de migrations, notamment de " Hanau momoko " au 16ème siècle, les " courtes oreilles ", un peuple originaire de Polynésie.

Une différence entre les récits de l'amiral Roggeveen et ceux de James Cook, qui visitèrent respectivement l'île de Pâques en 1722 et 1774, interroge Thor Heyerdahl. En effet, alors que l'amiral Roggeveen décrit ses rencontres avec une population extrêmement mélangée, composée de Blancs, de Polynésiens et d'Indiens, Cook décrit une population beaucoup moins nombreuse, vivant de privations et étonnamment composée majoritairement de Polynésiens.

📷 Crédit : La chaîne Youtube de The Ancient Explorer

Selon les récits des personnes que Thor a lui-même rencontrées sur l'île, les Polynésiens se seraient soulevés contre les Sud-Américains et les auraient massacrés après une ultime tentative de retranchement des "longues oreilles" sur une partie de l'île, derrière une "barrière de flammes". Des traces archéologiques de cette fuite, notamment la découverte d'un fossé rempli de traces d'un ancien grand incendie semble corroborer cette histoire. Cette guerre civile sanglante aurait participé à l'extinction des peuples sud-américains de l'île de Pâques, laissant les populations polynésiennes s'étendre et persister.

Ce qui est certain, c'est que des études et des tests ADN récents ont démontré la présence de gènes sud-américains dans la composition du génome des habitants de l'Île de Pâques. Cependant, il est difficile de savoir si cette présence est un héritage ancien ou si elle est due à un brassage récent de la population, même si des fouilles récentes à Anakena Beach ont montré que les premiers humains présents sur l'île semblent être des Polynésiens. D'autres recherches récentes confirment cependant l'hypothèse d'un contact entre l'île et une région qui est aujourd'hui le Pérou et la Bolivie.

Ces traces de contact seront également retrouvées au Pérou, lors d'une expédition de Thor en 1988 à Túcume, où il a mis au jour une gigantesque fresque murale datant de 1200-1300 après J.-C., représentant des bateaux avec des voiles et des icônes mythologiques d'hommes-oiseaux tenant un œuf dans leurs mains, une figure que l'on retrouve abondamment dans les pratiques religieuses et rituelles de l'Île de Pâques.

l'homme oiseau tenant un oeuf

Pierre exhumée d'Orongo, 1914. Homme-oiseau en bas-relief avec un œuf à la main. Longueur de la sculpture, 36,5 cm. British Museum. Katherine Routledge : The Mystery of Easter Island, 1919, Auteur inconnu, Domaine public

Herydahl pense que ce peuple primitif, le peuple "Tiki" aurait colonisé les îles du Pacifique depuis le Pérou, alors inhabité vers 500 après J.-C., en utilisant ces radeaux pae-pae en bois de balsa. Ils auraient construit d'immenses statues de pierre sur l'île de Pâques, mais aussi aux Marquises et auraient érigé des pyramides à Samoa et Tahiti, semblables à celles trouvées au Pérou. Ces Tiki auraient été rejoints vers 1100 par des Indiens d'Amérique du Nord-Ouest, qui sont arrivés sur de grands canoës, semblables aux navires vikings.

Il pense que la souche asiatique, qui représente aujourd'hui l'écrasante majorité du génome de ces îles, aurait migré depuis l'Asie de l'Est mais en passant par le Canada, laissant derrière elle des traces de leur passage, si bien que Heyerdahl trouve des similitudes culturelles entre les tribus canadiennes Tlingit et Haida, les Polynésiens et les peuples primitifs d'Amérique du Sud.

Des études récentes sur l'ADN montrent que le génome polynésien est plus proche des peuples d'Asie du Sud-Est que de ceux d'Amérique du Sud. De nombreux scientifiques et anthropologues, tels que Robert Carl Suggs ou Wade Davis, ont violemment critiqué Heyerdahl tant pour ses résultats controversés que pour sa méthodologie scientifique, qu'il jugeait défectueuse et incomplète.

Cependant, d'autres études confirment la relation étroite entre les Sud-Américains et les Polynésiens. Une étude publiée dans Nature en juillet 2020, suggère un événement de contact, vers 1200 AD Une seconde estime même que "la composante sud-américaine date d'environ 1280 à 1495, peu après la première colonisation de l'île par les Polynésiens vers 1200".

Les Expéditions Ra et Ra II : D'un Océan à l'Autre, la Question des Connexions Persiste (1969 - 1970)

Au fil du temps, ses idées se sont élargies et Thor pense aujourd'hui qu'il est possible qu'un contact ait eu lieu entre les peuples primitifs d'Amérique et d'Afrique, sur la base de similitudes culturelles telles que le culte des pyramides par les Mexicains et les Egyptiens par exemple. En 1966, John H. Rowe affirme que les anciennes civilisations qui bordent le bassin méditerranéen n'ont pas pu influencer ou avoir influencé celle de l'Amérique en raison de l'absence de moyens technologiques.

📷 Crédit : La chaîne Youtube du musée Kon-Tiki

Près de 10 ans après sa première grande aventure, il se lance un nouveau défi en 1969 pour prouver ses théories : traverser l'océan Atlantique depuis le Maroc sur une embarcation en roseau de papyrus sur les modèles des anciens bateaux égyptiens. Pour ce faire, Thor construit une première embarcation, au pied des pyramides, avec l'aide de constructeurs de bateaux venant directement du lac Tchad, qu'il nomme Râ, en l'honneur du dieu soleil.

Thor et 6 compagnons de 6 pays différents sont partis de Safi le 25 mai 1969 et ont parcouru plus de 6400 kilomètres avant de couler sous la force des vagues, des vents et des tempêtes et une mauvaise répartition de la cargaison, à moins de 160 km de l'arrivée. Ils ont réalisé qu'ils n'avaient pas respecté un élément important de la construction des navires de l'époque permettant à la poupe de rester haute dans l'eau.

bateau d'expédition Ra II

Le radeau Ra II de Thor Heyerdahl (Musée Kon-Tiki, Oslo, Norvège). Le roseau n'est pas d'origine, le reste du navire l'est, 22 août 2006, China_Crisis Own Work (CC BY-SA 2.5)

L'année suivante, le 17 mai 1970, ils utilisent un modèle de bateau similaire, le Ra II, mais cette fois construit sur les rives du lac Titicaca en Bolivie par Demetrio, Juan et José Limachi, des Indiens de la tribu Aymaro. Cette expédition fut cette fois un grand succès et les navigateurs atteignirent les côtes de la Barbade 57 jours plus tard, prouvant ainsi que les voyages transatlantiques utilisant le courant des Canaries étaient possibles.

Leurs aventures ont été relatées dans le livre "The Ra Expeditions" et dans le film documentaire "Ra". Ce voyage a également servi à véhiculer des messages importants pour Thor, comme la fraternité, puisque l'équipage était composé de personnes de différentes nations, religions et situations, et la protection de l'environnement, puisque l'équipage a été chargé par les Nations Unies d'observer et de documenter l'état de la pollution marine pendant leur traversée. Au cours de leur traversée, ils ont rencontré des amas de pétrole pendant 43 des 57 jours du voyage. Sa position sera même entendue au Congrès américain ou à la Conférence de Stockholm en 1972 où il sera appelé à témoigner.


L'Expédition Tigris : L'Avènement de son Activisme Politique (1977)

En 1977, Heyerdahl a maintenant 62 ans et décide de construire un dernier bateau en roseau, en utilisant son expérience passée. Il le construit en Irak, à Al Qurnah. Le Tigris est le plus grand bateau en roseau construit depuis quatre mille ans. L'équipage était composé de 11 personnes, elles aussi originaires de 11 pays différents.

Modèle Tigris Pyramides de Guimar

Maquette du bateau en roseau Tigris, bateau de Thor Heyerdahl. Pyramides de Güímar, Tenerife, îles Canaries, Espagne, juin 2009, Polylerus, œuvre propre (CC BY-SA 3.0)

Le but de cette expédition était de montrer que des liens ont pu s'établir entre les peuples de Mésopotamie, de l'Egypte ancienne et ceux de la vallée de l'Indus, aujourd'hui Pakistan et Inde. Après avoir voyagé pendant 5 mois et 6400 km, descendu le Tigre, navigué dans le Golfe Persique, puis la Mer d'Arabie jusqu'à l'embouchure de l'Indus au Pakistan, l'équipage du Tigre décida de brûler le bateau près des côtes de Djibouti le 3 avril 1978 en signe de protestation contre l'instabilité politique et les guerres qui régnaient dans la région de la Corne de l'Afrique et aux abords de la Mer Rouge.

📷 Crédit : La chaîne Youtube du Musée Kon-Tiki

Au cours des années suivantes, Thor s'engage politiquement en faveur de la préservation de la paix dans le monde, à la fois auprès d'organisations internationales et à travers ses différents ouvrages.

Après avoir mené d'autres expéditions dans les îles du Pacifique, au Pérou ou à Maldives, Thor se tourne vers une dernière expédition qui le mènera d'abord en Azerbaïdjan puis en Russie sur les traces d'Odin et d'une ancienne civilisation qui aurait colonisé la Scandinavie, une quête mêlant récits mythologiques et approximations scientifiques qui n'améliorera pas sa relation avec le monde scientifique.

Ganoza avec Walter Alva. Walter Alva, Thor Heyerdahl et Guillermo Ganoza à Tucume.

Ganoza avec Walter Alva. Walter Alva, Thor Heyerdahl et Guillermo Ganoza à Tucume, 13 février 2014, Scarface03, œuvre propre. (CC BY-SA 3.0)

Conclusion

Après une vie passée à tenter de prouver à la communauté scientifique internationale qu'elle avait tort, mais ayant largement participé à la vulgarisation scientifique, Thor est mort à 87 ans, le 18 avril 2002 à Colla Micheri en Italie, où il sera enterré, des suites d'une tumeur au cerveau contre laquelle il n'a pas voulu se battre. Le gouvernement norvégien lui a rendu hommage par des funérailles nationales dans la cathédrale d'Oslo le 26 avril 2002.

Même si ses théories ont été réfutées par la majorité du monde universitaire, Thor Heyerdahl a navigué sur de vastes océans dans des bateaux ouverts, dérivant au gré des vents, des courants et des marées, et a posé de grandes questions qui ont permis à la science d'avancer et d'explorer des hypothèses qui étaient auparavant considérées comme impensables. Pour Heyerdahl, il était moins important d'avoir raison ou tort que d'attirer l'attention sur l'histoire ancienne et l'anthropologie. Il a également transmis à travers ses œuvres, son amour du monde, de la Nature et de la paix, mais aussi et surtout sa soif de poursuivre ses rêves jusqu'au bout, quels que soient les obstacles rencontrés.

📫 Articles de blog connexes:

📌 Qui est Laura Dekker ? | La plus jeune navigatrice en solitaire à faire le tour du monde

📌 Qui est Roald Amundsen ? | Le "dernier des Vikings" et explorateur polaire

📌 Qui est Sylvain Tesson ? | Un aventurier des mots et de la vie

📌 Qui est Bear Grylls ? | L'histoire de la vie de l'aventurier aux multiples exploits

📌 Qui est Mike Horn ? | L'un des plus grands explorateurs encore en vie

eiksenshop.com participe au Programme Partenaires d’Amazon EU, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr. (ou tous autres sites Amazon – co.uk, ca, it, de, es…)

auteur

Auteur : Baptiste

Baptiste est un aventurier en herbe et amoureux d'anciens objets rétro au charme fou. À travers ce blog, il cherche à partager sa passion du voyage et de la mode vintage

Post a comment

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.