Une Brève Histoire du Cuir | Histoire, Types, Fonctions et Alternatives

Introduction: 

L'industrie du cuir est l'une des plus anciennes de l'histoire de l'humanité. Nos ancêtres les plus lointains utilisaient des peaux pour protéger leur corps, leurs mains et leurs pieds. Le cuir est fabriqué à partir de la peau de n'importe quel mammifère, reptile, oiseau ou poisson par un processus appelé tannage. Ce processus permet de préserver la peau qui, autrement, se putréfierait rapidement.

Aujourd'hui, au moins la moitié du cuir produit est utilisée pour les chaussures et environ un quart pour les vêtements. Seuls 15 % environ sont utilisés pour l'ameublement et le reste est transformé en articles de maroquinerie et autres produits de consommation.

Les peaux proviennent d'animaux chassés ou élevés à des fins alimentaires. La tendance actuelle est que la plupart des cuirs d'ameublement soient dérivés de peaux de bovins (c'est-à-dire de vaches) car celles-ci sont facilement disponibles et mieux adaptées aux besoins des concepteurs, des producteurs et des clients d'aujourd'hui.

Loin de perdre sa popularité, le cuir reste le matériau de choix pour de nombreuses personnes, non seulement pour l'ameublement commercial et privé, mais aussi pour les industries automobile, aéronautique et maritime.

Il est temps de se plonger un peu plus dans l'histoire de ce noble matériau : êtes-vous prêt ?

leather backpacks

I. L'histoire du cuir : Retour aux origines

A. Le cuir, l'un des plus anciens artefacts humains...

Le traitement du cuir est une activité qui remonte à la nuit des temps. Dans la préhistoire, l'homme a cherché à se protéger des intempéries et a réalisé que les animaux qu'il mangeait n'étaient pas seulement une source de nourriture, mais pouvaient aussi servir à fabriquer des vêtements ou des huttes.

Cependant, une peau non traitée prend très peu de temps à se putréfier. Il fallait donc trouver des moyens de préserver ces peaux afin qu'elles puissent être portées plus longtemps sans odeurs nauséabondes.

Les chercheurs ont montré que les premières traces de travail du cuir, y compris le grattage des peaux, remontent à environ 400 000 ans (les plus anciens outils découverts à ce jour datent de 84 000 à 72 000 ans, et ont été découverts en Afrique du Sud).



À cette époque, l'homme de Néandertal avait le corps couvert de cheveux et n'avait pas besoin de vêtements. Cependant, il a pris l'habitude de prendre la peau du gibier qu'il venait de tuer afin de l'utiliser comme parapluie ou parasol.

$Ces peaux étaient placées sur des branches et emportées pendant les périodes de chasse. La durée de vie de ces peaux était courte en raison de l'alternance des pluies et du soleil

Mais vers l'an 8000 avant J.-C., un déluge s'est produit, créant un bouleversement caractérisé par l'apparition de saisons plus prononcées qu'au Paléolithique supérieur. L'alternance des pluies et du soleil devint de plus en plus fréquente. Puis le froid devint plus important, ce qui poussa l'homme à se couvrir pour dormir.

En outre, la modification génétique de l'homme commença à lui faire perdre ses cheveux abondants. Et bientôt, sa peau a besoin d'être protégée. Pour répondre à ce besoin, il chassa de plus en plus et essaya d'augmenter la durée de vie de ses peaux

first leather shoes in history

Le premier conservateur était le sel (également utilisé pour conserver la viande), que les humains de l'époque utilisaient pour pénétrer la peau crue (cette conservation durait jusqu'à ce qu'il pleuve). Afin de prolonger la conservation, les humains ont pris l'habitude de dégraisser les peaux avec de l'argile avant d'y mettre le sel.

Les premiers essais de tannage à l'huile sont apparus au Néolithique : les acides gras de l'huile interagissaient avec les protéines de la peau et rendaient le produit chimiquement stable. Le plus souvent, avant d'enduire la peau de cerveau, on mâchait la peau, la salive légèrement acide agissant comme du tanin.

De nombreux historiens affirment que le travail du cuir a été inventé par hasard. On ne sait pas depuis combien de temps le tannage végétal a été inventé, mais on suppose que sa découverte est en grande partie due au hasard.

Selon les livres des Hittites, c'est vers 2200 avant J.-C. qu'un berger du Sinaï a abattu une chèvre, lui a enlevé la peau et l'a dégraissée avec de l'argile et du sel. La chèvre a ensuite été emportée par un tourbillon au loin.

Elle est ensuite retombée dans un creux rocheux rempli d'eau qui avait partiellement dissous les sels d'alun. La présence de sel sur la peau a favorisé l'action de l'alun. Notre berger, un mois plus tard, avec son troupeau, est passé par le creux de la roche où sa peau était tombée. Il l'a vue, l'a ramassée, l'a séchée à nouveau et l'a enfilée.

Contrairement à l'habitude, la peau est devenue blanche mais n'a pas pourri. Intrigué, le berger a répété l'opération dans les mêmes circonstances et une fois de plus, la peau a cessé de se décomposer. Il comprit que l'eau de cet endroit avait des particularités et qu'elle était chargée de sel, qu'il appela "sel de roche". Notre berger était devenu le premier tanneur de l'histoire.

Les Hittites étaient un peuple de marchands qui s'étaient fait une spécialité de vendre leurs produits d'une région à l'autre avec des caravanes. Pendant près de 1000 ans, les Hittites ont été les seuls à savoir tanner le cuir et leur prospérité reposait en grande partie sur ce secret.

 

C'est vers l'an 2000 avant J.-C. qu'une nouvelle technique de conservation utilisant la fumée est apparue. Le fumage était utilisé par les humains pour conserver la viande ("viande fumée"). Ils ont remarqué que les peaux portées lors du processus de fumage devenaient plus résistantes (nous savons aujourd'hui que la combustion de bois vert, de feuilles et d'écorces libère des gaz chargés de goudron qui se déposent dans les peaux et assurent une conservation suffisante).

Dès l'an 1000 avant J.-C., en Europe centrale, ils ont amélioré la technique. À partir du fumage, ils ont amélioré la technique en frottant les peaux avec de l'écorce de bouleau à laquelle ils ont ensuite ajouté de l'huile de bouleau qui a donné au "Cuir russe" une odeur très caractéristique.

Les Carthaginois ont été les premiers à percer le secret du tannage et à l'adapter à la peau de mouton. Vers l'an 1000 avant J.-C., ils ont établi un grand centre de production de peaux de mouton dans le delta du Rhône, près de Marseille. On peut donc imaginer que c'est à cette époque qu'apparaissent les premiers étuis en cuir. Puis les descendants des Hittites se sont installés en Italie

Mais avec les guerres gallo-romaines, les échanges entre les différentes régions sont de plus en plus limités et peu à peu le travail du cuir commence à décliner.

vintage canvas backpack

 

B. L'industrialisation du cuir a commencé dès l'Antiquité

Les Grecs et les Romains avaient industrialisé les techniques de fabrication. Les peaux étaient trempées dans de grandes cuves dans lesquelles on trouvait une solution de tanin.

À Rome, on utilisait de l'urine. Elle était recueillie dans les toilettes publiques pour les tanneurs artisans. Ce commerce était taxé par Vespasien qui travaillait à la généralisation de ce service public. Les Romains ont été les premiers à utiliser le cuir pour les chaussures et les vêtements ainsi que pour la fabrication de boucliers et de harnais, équipant des centaines de milliers de soldats dans toute l'Europe

Une tannerie a été creusée sous les cendres de Pompéi. Les archéologues y ont trouvé de nombreuses amphores de Lipari. Cette île était connue pour être un producteur de tanin, dont le principal avantage était, après traitement, de permettre la finition du produit par teinture. Le tanin de Lipari était abondamment exporté vers la Gaule.

Medieval Leather tanning

En Espagne aussi, il existe de nombreuses traces d'une industrie du cuir florissante. Puis, sous la domination mauresque (vers le VIIIe siècle), la production de cuir de Cordoue s'est développée, notamment grâce aux innovations dans les techniques de tannage. Ce cuir a ensuite été vendu dans toute l'Europe, particulièrement reconnu pour sa qualité et sa robustesse.

Au Moyen Âge, l'industrie du travail du cuir s'est organisée et s'est implantée dans des zones spécifiques. L'accès aux peaux devait être facile et l'atelier devait être situé à proximité d'une rivière. 

Le XIIe siècle peut être considéré comme le siècle de la renaissance du cuir, car les progrès technologiques étaient importants. Elles ont été si conséquentes qu'entre le XIIe et le XXe siècle, ces techniques ont persisté sans subir de changements majeurs. Les grandes zones de travail du cuir sont restées les mêmes pendant plus de 8 siècles. Il a fallu attendre le développement de l'industrie chimique au XIXe siècle pour que l'industrie du cuir puisse en tirer profit. 

La plupart des progrès dans le travail du cuir étaient, au début, accidentels et acquis par l'expérience et l'observation. Plus tard, l'industrie du cuir est passée de petites productions familiales à une industrie située dans les zones de chasse et d'élevage.

ancien greek leather shoes

The Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs: Picture Collection, The New York Public Library. (1784 - 1785). Various Footwear, Ancient Greece. Retrieved from http://digitalcollections.nypl.org/items/510d47e1-3319-a3d9-e040-e00a18064a99

C. Le cuir de la Renaissance à l'ère moderne : une révolution dans les techniques de fabrication et les usages

Aux XVIe et XVIIe siècles, les métiers du cuir ont pris une importance considérable et la profession était très prospère. En France, il existe plus de 5 000 ateliers de tannage, qui emploient entre 30 000 et 40 000 personnes. Chaque ville ou village possède alors une ou plusieurs tanneries pour la fabrication de poudre d'écorce pour le tannage végétal et une tannerie.

À cette époque, le cuir était le seul matériau à la fois souple et résistant. Son utilisation était très fréquente et entrait dans la composition de nombreux objets. Cependant, la production par tannage naturel restait lente, avec des outils rudimentaires. Dans un cycle normal, il fallait plusieurs mois pour obtenir un cuir correctement tanné.

industrial leather processing

Les premiers procédés d'extraction (procédé de séparation chimique) ont été expérimentés par des chimistes renommés comme M. Seguin sous la direction de la Convention sur le cuir au 18e siècle. Mais ce ne fut pas un succès !

Un grand déclin pour le marché du cuir se produit avec l'arrivée d'un nouveau matériau synthétique : Le plastique et ses dérivés du pétrole.

Ce matériau fait son apparition vers 1870. Les avantages du plastique sont évidents : un temps de fabrication très rapide et un coût de production beaucoup plus faible. La profession a dû trouver une nouvelle méthode de fabrication pour redonner au cuir sa place d'antan. En 1850, le chimiste allemand Knapp a découvert le tannage au chrome.

La première production industrielle de cuir avec tannage minéral en France aura lieu en 1870. Des machines permettant d'accélérer le processus de tannage au chrome apparaissent vers 1880. Au début du XXe siècle, l'industrie du cuir en France est considérée comme la troisième plus importante après la métallurgie et le textile.

On note quelques améliorations techniques et de nouvelles machines au début du XXe siècle, mais ces progrès restent très limités. Le cycle de fabrication est encore trop long et prend plusieurs mois.

retro canvas rucksack

À partir de 1950, les procédés modernes remplacent les anciennes méthodes par une augmentation de la production et de la diversité des cuirs fabriqués. La grande majorité des entreprises du cuir entrent dans le secteur industriel.

L'industrie du cuir bénéficie ainsi de l'apparition des polymères synthétiques grâce au développement de la chimie, mais aussi des progrès considérables des équipements de tannage. Le marché du cuir peut ainsi suivre la mode, et fournir des cuirs d'aspects de plus en plus variés : naturels, cirés ou modernes avec une large gamme de reflets. De nouveaux types de peaux sont également tannés : reptiles, oiseaux et poissons !

Parallèlement, à partir de 1970, une prise de conscience générale de l'environnement s'intensifie. Le tannage végétal est resté constant et une nouvelle méthode de tannage au chrome a remplacé de manière significative l'ancien procédé, notamment pour des utilisations telles que les dessus de chaussures.

leather chrome tanning machine

The Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs: Photography Collection, The New York Public Library. (1860 - 1920).>Tanning Drums for Chrome Leather. Retrieved from http://digitalcollections.nypl.org/items/510d47d9-ad41-a3d9-e040-e00a18064a99 


II. Les différentes caractéristiques et fonctions naturelles du cuir

A. La caractéristique naturelle du cuir

Le cuir en général est un produit naturel. Il respire, il réchauffe et possède des caractéristiques qui rendent chaque peau unique. Le cuir portera toujours les marques de son origine naturelle, et ces caractéristiques peuvent se manifester sous la forme de cicatrices, de marques de croissance, de zones à fibres denses ou de structure poreuse inégale. Ces marques ne compromettent en rien la qualité du cuir. Ce sont des signes que les acheteurs avertis apprécient lorsqu'ils achètent du cuir. Avec le temps et l'usage, le cuir développe une patine qui souligne sa beauté.

- Veines et marques de croissance

Ce sont des indications de l'âge de l'animal et, en tant que telles, elles sont similaires au fil de fer sur un morceau de bois. Elles peuvent aller de marques très prononcées dans la région du cou à des rayures très subtiles sur la peau, perpendiculaires à la ligne du dos. Les marques de croissance les plus prononcées sont souvent placées à l'arrière des dossiers des sièges.

- Cicatrices

Elles sont généralement formées par le contact avec des fils barbelés ou par les cornes d'un autre animal. Lorsque ces marques sont cicatrisées, le nouveau derme est aussi solide que le reste de la peau, mais si elles ne sont pas cicatrisées, elles doivent être rejetées car la tension sur cette partie de la peau peut créer une déchirure.

- Variations de la texture de la peau

La texture de la fibre est très variable, de lâche dans la région du ventre, elle devient tendue sur la colonne vertébrale. Les zones plus lâches ont donc plus de prêt. Les variations de la structure des pores sont particulièrement visibles sur les cuirs de grain naturels, sur lesquels on observe parfois des agrégats de pores élargis.

- Variations de couleur

Chaque peau est unique ; et en raison des différents grains de peau mentionnés ci-dessus, les teintures et les finitions pénètrent chaque partie de la peau différemment, lui donnant des nuances élégantes. Bien que nous nous efforcions de maintenir l'uniformité, cela n'est pas toujours possible et pas nécessairement souhaitable.

the different parts of the leather material

B. Les différentes fonctions du cuir

- Protection contre le froid

Les chercheurs estiment que les premières peaux traitées remontent à 17 000 ans avant Jésus-Christ. À cette époque, les hominidés utilisaient le silex et les coquillages pour traiter leur peau.

Bien que rustique, ce traitement leur permettait de se protéger du froid. Les fourrures étaient particulièrement appréciées et leur permettaient de passer les hivers les plus froids. Ce n'est que plus tard que l'on a trouvé des traces d'outils plus sophistiqués.

Cette fonction est encore importante aujourd'hui, notamment dans l'industrie du vêtement, où les capacités d'imperméabilité du cuir permettent aux vestes de conserver la chaleur du corps (en plus de protéger contre l'humidité).

- Distinction et ornement

Le cuir était aussi une marque de pouvoir. Les plus grands chefs portaient les cuirs les plus rares. Ainsi, il n'était pas rare de laisser apparaître des distinctions animales sur les peaux (crocs, pattes, bouche, etc.). De cette façon, les hommes s'appropriaient les forces et les particularités de l'animal. Les plus belles peaux représentaient des offrandes ou des cadeaux (aux chefs ou aux dieux).

Cette fonction est toujours d'actualité, notamment dans le secteur du luxe où les plus beaux cuirs ornent les créations des créateurs. Le cuir est un matériau extrêmement noble car il est résistant et agréable au toucher. On le retrouve dans de nombreuses créations de luxe, et à travers de nombreuses industries (textile, décoration intérieure, automobile).

- Le cuir en tant que matière première

C'est beaucoup plus tard, avec l'amélioration du traitement des peaux, que le cuir est devenu une véritable marchandise. Il était très prisé par les Romains et constituait une armure formidable et un vêtement agréable.

Les premiers tanneurs, véritables artisans d'une autre époque, sont nés à cette époque. Depuis lors, le tannage n'a cessé de progresser jusqu'à devenir ce qu'il est aujourd'hui.

leather wallet card holder

C. Les différents types de cuir

Le cuir est souvent associé aux vaches, car c'est l'un des cuirs les plus courants. Cependant, le terme de cuir recouvre l'utilisation de la peau de nombreux animaux. De même, selon la méthode de travail utilisée, le cuir reçoit différents noms

a. Types de cuir selon leur origine

  • Cuir d'agneau : cuir lisse et délicat, il est utilisé pour les vêtements et les gants pour sa finesse et sa souplesse.

  • Cuir de mouton : plus épais que l'agneau, avec un grain plus prononcé et un prix plus bas, il est principalement utilisé pour l'habillement.

  • Cuir de chèvre : c'est un cuir très résistant malgré sa finesse et son grain est légèrement granuleux. Relativement bon marché, il est principalement utilisé pour les vestes.

  • Cuir de porc : c'est un cuir épais, très résistant, poreux et naturellement léger. Peu coûteux, il est utilisé pour fabriquer des vestes.

  • Cuir de veau : Le cuir de veau (Box calf) est un cuir noble, lisse et souple, utilisé dans la maroquinerie de luxe pour les sacs et les chaussures haut de gamme.

  • Cuir de buffle : naturellement grainé et souple, c'est l'un des cuirs les plus résistants souvent utilisé pour l'habillement masculin et la fabrication de lacets de cuirs haut de gamme.

  • Le daim : C'est un cuir souple utilisé dans la fabrication de vêtements, de gants et de chaussures.

  • Peau de vache : Il s'agit d'un cuir de vachette lisse et épais, au grain lisse et brillant. Largement utilisé en raison d'une matière première abondante provenant de déchets alimentaires humains.

  • Cuir de chevreuil : Utilisé principalement dans la fabrication de gants, ce cuir a un grain grossier.
  • Cuir d'autruche : Utilisé dans la maroquinerie de luxe, le cuir d'autruche est souple et possède un grain très particulier.

  • Cuir de pécari : Ce cuir provient d'un porc sauvage d'Amérique du Sud, qui a l'avantage d'avoir une peau très fine et résistante. Il est utilisé dans la ganterie et la maroquinerie de luxe et a tendance à disparaître en raison de la disparition de l'animal dans son environnement naturel.

  • Cuir d'antilope : Cuir souple et fin, peu utilisé et assez cher.
  • Galuchat : Le galuchat est un cuir obtenu à partir de raies pastenagues de différentes espèces. Tannée au chrome, et après ponçage des écailles pointues, le galuchat est de plus en plus utilisé dans la fabrication de sacs à main et de bracelets de montre.
  • Cuir de tilapia : Le tilapia est un poisson tropical, d'origine africaine, qui donne des cuirs fins encore peu utilisés.
  • Cuir de requin : c'est un cuir rare, imperméable, rigide et résistant. Ce cuir haut de gamme est utilisé dans la fabrication de chaussures, dans la maroquinerie et dans la reliure.
  • Cuir de bar : donne un cuir de 0,7 à 0,9 mm, très souple, doux et sans écailles.
  • Cuir de reptile : crocodiles, alligators, lézards, cobras, pythons : ce sont des cuirs haut de gamme et très chers utilisés dans la petite maroquinerie et dans la fabrication de bottes.
  • Cuir de grenouille ou de crapaud : Un cuir rugueux et gonflé pour le crapaud, lisse, fin et fragile pour le cuir de grenouille. Ces cuirs sont relativement peu utilisés.



b. Types de cuir selon leurs techniques de transformation

  • Le maroco : c'est un cuir de chèvre ou de mouton tanné à l'extrait de sumac (plante d'origine marocaine).
  • Le cuir russe : c'est un cuir tanné avec de l'écorce de bouleau qui améliore sa résistance à l'humidité et à la moisissure.
  • Le cuir bouilli : c'est un cuir bouilli dans l'eau, ce qui lui donne une certaine dureté.
  • Le cuir travaillé : c'est un cuir qui a été immergé dans l'eau, foulé et enduit d'huile pour le rendre souple et imperméable.
  • Nubuck : c'est un cuir dont la surface a été grattée du côté du grain pour lui donner un aspect velouté.
  • Daim : à ne pas confondre avec le nubuck ou le cuir provenant de l'animal, le cuir de daim a été gratté du côté de la croûte pour lui donner l'aspect du nubuck. Il est bien sûr beaucoup moins cher que le nubuck car le cuir de daim est fabriqué à partir de cuir fendu.
  • Veau d'élevage : Il s'agit d'un cuir de veau de haute qualité tanné au chrome, d'aspect lisse, utilisé dans la maroquinerie de luxe.
  • Le cuir vieilli : Il s'agit d'un cuir qui a été retourné dans un tambour pour lui donner une finition craquelée.
  • Cuir immergé : c'est un cuir qui a été teint dans la masse par immersion dans une teinture.
  • Le cuir gras : c'est un cuir qui a été immergé dans l'huile pour lui donner souplesse, résistance et imperméabilité. Il est largement utilisé pour la fabrication de chapeaux et de vestes en cuir.
  • La croûte : c'est un cuir naturel sans finition.
  • Le cuir végétal : c'est un cuir tanné à partir d'extraits végétaux et non de chrome. Ce traitement est plus long et plus coûteux.
  • Le cuir nappa : C'est un cuir pleine fleur traité pour le rendre très souple et imperméable. Le cuir haut de gamme ainsi obtenu est fin, lisse et sans grain.
  • Cuir double face : Appelé aussi cuir laineux, c'est un cuir de mouton ou d'agneau dont la laine est préservée.
  • Cuir pleine fleur : c'est un cuir réalisé avec la partie supérieure de la peau, la partie la plus noble.
  • Croûte de cuir : C'est la partie inférieure de la peau, la moins noble et la moins chère.

 
III. Les différentes étapes de la fabrication du cuir

Le salage

Les peaux fraîches sont salées pour éliminer l'eau des tissus et ainsi ralentir la dégradation causée par le développement des microorganismes présents : on utilise du gros sel de mine dont la granulométrie est de 2 à 3 mm de diamètre et on peut y ajouter des agents antiseptiques. Lors du salage, les peaux peuvent perdre jusqu'à 10% de leur poids en eau. Les peaux sont empilées de manière à faciliter l'écoulement de la saumure dans une pièce dont l'humidité relative est de 70 à 90 %. La température est maintenue à environ 10 °C pour améliorer la conservation des peaux.

Après 15 jours, les peaux sont dessalées, examinées une par une et triées en fonction de leur épaisseur, du nombre de défauts de la peau, de la présence de cicatrices, du poids et de la surface.

Travail en rivière

Une fois que la peau arrive à la tannerie, elle subit le "travail en rivière" qui est une succession de cinq opérations :

  • Trempe (ou ré-humidification) : la peau est ré-humidifiée pour éliminer les impuretés et les taches ;
  • Épilation/peeling : cette opération consiste à enlever chimiquement les poils et l'épiderme grâce au pelain ;
  • Écharnage : à ce stade, le tissu sous-cutané est enlevé mécaniquement à l'aide d'une machine d'écharnage ;
  • Confitage : l'élastine est éliminée grâce à des enzymes qui vont également finir de nettoyer la surface des peaux ;
  • Décapage : à ce stade, les peaux sont encore putrescibles, pour les préparer au tannage ou les conserver, elles sont acidifiées et salées pour les retirer de l'eau.

Tannage végétal

Dans ce processus, la peau est traitée avec des tanins végétaux extraits de l'écorce et du bois de certains arbres. Pendant des siècles, l'écorce de chêne a été utilisée comme source de tanin, mais aujourd'hui le tanin de mimosa, extrait de l'écorce de différentes variétés de mimosa, est plus courant. Le tannage végétal est traditionnellement effectué dans des fosses : les peaux sont accrochées dans une série de fosses ou de cuves remplies d'une solution de tannage qui devient chaque jour plus forte. Ce processus est lent et peut prendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois, avant que les peaux ne soient entièrement tannées. Cette méthode est aujourd'hui rarement utilisée dans la production de cuir d'ameublement. Des procédés plus modernes et plus scientifiquement contrôlés sont empruntés, en utilisant des tambours dans les dernières étapes du processus pour l'accélérer.


Vintage Laptop Rucksack


Tannage minéral

Ce tannage est généralement effectué à l'aide de sulfate de chrome basique, un sel minéral qui pénètre très rapidement dans la peau, ce qui permet de terminer le processus de tannage en vingt-quatre heures. Le cuir est alors d'un bleu canard clair/pâle et, après des traitements appropriés, il deviendra un cuir souple moderne de haute qualité. D'autres tannages minéraux (par exemple à l'alun) sont également utilisés.

Le tannage à l'aldéhyde fait référence à l'utilisation de produits chimiques tels que le glutaraldéhyde ou l'oxazolidine. C'est un type de cuir très recherché, notamment dans l'industrie des vêtements pour enfants, car c'est le seul cuir qui ne contient pas de chrome, ce qui est potentiellement dangereux pour la santé.

Corroyage

Une fois tanné, le cuir doit encore subir un traitement supplémentaire avant de pouvoir être commercialisé. Il subit :

  • Le filage : pour éliminer une certaine quantité d'eau des peaux tannées afin de pouvoir manipuler le cuir ;
  • Triage : les peaux sont classées en fonction de leurs défauts de surface
  • Fendage et rasage : le cuir est aminci pour obtenir l'épaisseur souhaitée ;
  • Retannage / Teinture / Fourrage : le cuir est retravaillé en fonction de son utilisation finale : ajustement, densité, couleur et souplesse sont ajustés ;
  • Filage - Séchage au vent : permet d'obtenir des cuirs plats ;
  • Séchage : étape permettant d'obtenir un cuir sec ;
  • Enroulage : permet d'assouplir les cuirs.

Finition

À ce stade, le cuir acquerra des propriétés spécifiques, notamment sur la texture et l'aspect. Ces propriétés permettent de standardiser les cuirs produits. Selon l'utilisation, on distingue l'aniline, la semi-aniline et la finition pigmentée.

La finition à l'aniline met en valeur la surface du cuir en le recouvrant d'un produit transparent. C'est un cuir qui a un très bel aspect, mais qui nécessite un soin particulier.

Le cuir semi-aniline est recouvert d'une couche de pigment légèrement opaque et d'une couche de produit translucide, ce qui permet de cacher les petits défauts.

Le cuir pigmenté est uniquement recouvert d'une couche de pigment opaque. Il est facile à entretenir et peu sensible à l'eau.

IV. Alternatives au cuir authentique

A. Alternatives au cuir artificiel : Cuir synthétique

Le cuir synthétique, également appelé faux cuir, est une matière plastique semblable au cuir, généralement constituée de fibres non tissées (principalement du polyamide), emprisonnées dans une résine telle que le polyuréthane. Il ne contient aucune fibre animale. Il ne doit pas être confondu avec le cuir en polyuréthane ou le cuir PU qui est un cuir (peaux endommagées ou déchets de peaux) aggloméré avec des polymères synthétiques et imitant le cuir véritable ou le cuir By-Cast qui est une croûte de cuir recouverte d'un film de polyuréthane reproduisant la surface du cuir.

Le cuir synthétique est utilisé dans de nombreux articles (chaussures, porte-clés, étuis...) en raison de son aspect esthétique, de sa résistance aux agressions extérieures et surtout de son faible prix par rapport au cuir.

Cette matière plastique n'a pas le droit d'être appelée "cuir".


B. Alternatives Naturelles au Cuir

Pour commencer, la plus célèbre alternative au cuir animal : il existe le cuir d'ananas, ou Piñatex, un tissu imperméable et résistant qui ressemble au cuir, peut être teint et peut être obtenu dans différentes textures et épaisseurs.

Fabriqué à partir de fibres extraites de feuilles d'ananas, il est peu coûteux et respectueux de l'environnement, étant fabriqué à partir de matériaux de récupération. Ayant reçu un excellent accueil au Royal College of Art de Londres, Piñatex a même attiré de grandes marques telles que Puma et Camper, qui développent des prototypes de leurs chaussures fabriquées à partir de ce matériau.

D'autres fruits sont utilisés pour remplacer le cuir, et dans le cas de Fruitleather, il s'agit des fruits invendus qui seraient autrement mis au rebut. Des étudiants en design des Pays-Bas ont mis au point des prototypes de sacs en peau de nectarine et de mangue, en cuisant, écrasant et déshydratant des kilos de fruits pour obtenir un textile végétal durable et inodore qui peut avoir différentes textures et propriétés.

Le cuir de vigne est également un nouveau venu - fabriqué à partir de résidus de peaux, de tiges et de graines provenant de l'exploitation du raisin - tout comme le MuSkin (cuir fabriqué à partir de peau de champignon), le cuir d'hévéa (fabriqué à partir de latex, la sève de l'hévéa), et le cuir fabriqué à partir de celluloses récupérées dans le thé Kombucha. Un designer danois a également récemment mis au point un matériau biodégradable fabriqué à partir de résidus de pulpe de pomme utilisés dans la production de cidre, qui est rigide et flexible et ressemble au cuir - et qui est l'un des fabricants végétaliens agréés par PETA UK, avec MuSkin et Piñatex.

Le liège, en revanche, ne cherche pas à ressembler au cuir, mais peut être utilisé de manière similaire (dans les chaussures Vans ou Nike, par exemple, ou dans les sacs et portefeuilles, comme en témoigne la marque Jentil). Naturel, résistant et imperméable, le liège est encore plus que respectueux de l'environnement, les chênes-lièges capturant deux fois plus de CO2 que tout autre arbre.



IV. Conclusion

Le cuir est un matériau ancien, robuste et naturel. Ses applications se sont multipliées au fil du temps et ont même résisté, malgré un fort déclin, à l'arrivée des textiles synthétiques.

Aujourd'hui, le cuir est fortement critiqué pour ses conditions de fabrication et son impact environnemental, mais sa durabilité en fait un atout indéniable pour concevoir des pièces qui dureront dans le temps.

En effet, si la création d'un objet en cuir a un impact environnemental plus important qu'un autre en textile synthétique, sa durabilité dans le temps fait plus que compenser.

L'important est de choisir des cuirs de qualité, fabriqués dans le respect des normes afin d'avoir un produit unique et robuste.

Canvas Leather Backpack

Comments
Ibrahim aminu November 06, 2020

Very interesting and wonderful piece of work. The writeup is sort of preserving the old way.

Post a comment

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.

0
FR