OFFRES ESTIVALES | Économisez 10% supplémentaire + Livraison Offerte avec le code : SUMMER10.

PRÊT À DEVENIR UN VÉRITABLE EXPLORATEUR ?

Choisissez un compagnon de voyage et embarquez pour votre prochaine aventure !

PRÊT À DEVENIR UN VÉRITABLE EXPLORATEUR ?

Choisissez un compagnon de voyage et embarquez pour votre prochaine aventure !

Le Cuir Vegan | Une Alternative Réaliste au Cuir Véritable ?

 Temps de lecture : environ 

Vous avez bien lu ! Aujourd'hui, nous avons décidé de parler d'un sujet quelque peu controversé qui ne semble pas (à première vue) être au centre de notre marque : le cuir vegan. En effet, comme vous le savez peut-être, nous travaillons aujourd'hui avec du cuir véritable (cuir pleine fleur) et nous aimons offrir à nos clients des produits de qualité qui durent dans le temps.

Cependant, nous sommes conscients de l'impact du cuir, d'une part sur la planète et d'autre part sur le bien-être de l'animal, c'est pourquoi nous pensons qu'il est important de débattre sur le sujet, afin de dessiner les contours de notre avenir, mais surtout l'avenir de la mode en général.

De manière générale, le cuir a toujours eu une histoire controversée. Plus le temps passe et plus cet aspect clivant tend à se renforcer. Dans cet article, nous mettrons en perspective le cuir véritable, avec les différentes alternatives de " cuir végétalien " disponibles, afin d'essayer de vous donner un panorama, bien sûr non exhaustif mais aussi précis que possible, de l'impact réel de ces matériaux et des alternatives qui s'offrent à vous.

Et voilà, bienvenue dans le monde de la mode éthique et dans l'un de ses débats les plus acharnés !

Sac à Dos Vintage

GÖTEBORG

Sac à Dos Vintage

Sac à Dos Rétro

HELSINKI

Sac à Dos Rétro

Sac à Dos en Toile

REYKJAVIK

Sac à Dos en Toile

L'avènement du cuir végan : une réflexion dans l'ère du temps

Depuis une dizaine d'années, de plus en plus de marques de luxe se détournent des matières animales, notamment de la fourrure, comme Versace, Prada, Gucci ou Burberry par exemple.

Cependant, ces mêmes marques continuent d'utiliser, parfois abondamment, du cuir véritable dans leurs créations, alors qu'il s'agit plus ou moins du même type de produit que la fourrure, à la seule différence que la matière première peut être (pas toujours) un sous-produit de l'industrie de la viande. En effet, la fourrure provient souvent d'animaux qui ont été élevés uniquement dans ce but.

Le cuir jouit toujours d'une large reconnaissance sur la scène internationale, en raison de sa qualité et des valeurs qu'il véhicule (vintage, wild west, bad boy ect). Cependant, l'explosion du véganisme et de la mode éthique pourrait rapidement bouleverser ce paradigme, car l'expansion est rapide et liée à des préoccupations plus larges et globales telles que le changement climatique.

Pour illustrer ce "boom", au Royaume-Uni en 2019, le nombre de produits marqués "vegan" a augmenté de 75%. Ce chiffre atteint même 320% au Danemark sur la même année. Une croissance à faire tourner bien des têtes, alors que le marché du cuir synthétique (aujourd'hui estimé à 25 milliards de dollars) pourrait atteindre 45 milliards de dollars d'ici 3 ans.

Les marques réfléchissent donc de plus en plus à se lancer sur ce marché, pour des raisons de profit ou de réelles considérations éthiques/écologiques (on vous laisse faire le tri).

Mais pourquoi le cuir, autrefois la matière la plus recherchée, est-il aujourd'hui décrié par un nombre croissant de consommateurs ?

plant based diet

L'industrie du cuir : une aberration éthique et environnementale ?

Le cuir est intimement lié à l'industrie de la viande, et c'est l'un des principaux facteurs, mais pas le seul, de l'aversion croissante pour ce matériau. Si certains critiquent le fait de tuer des animaux pour produire du cuir, d'autres avancent l'argument écologique, affirmant que le cuir est aujourd'hui trop polluant, tant en termes d'émissions de CO2 que de consommation de ressources (notamment l'eau pour cultiver les champs servant à nourrir les vaches).

De nombreuses études ont montré que l'élimination ou la forte réduction de la consommation de produits animaux est l'un des actes les plus bénéfiques pour la planète et l'environnement. Nous ne parlons pas seulement des émissions de gaz à effet de serre, mais aussi de l'acidification des sols, de l'utilisation des ressources en terre et en eau, de l'eutrophisation des lacs, des rivières et des deltas etc. L'exemple le plus convaincant de l'impact de cette industrie se trouve au Brésil, où l'expansion de l'élevage bovin a provoqué une déforestation sans précédent et un bouleversement de tout l'écosystème. Toute une histoire.

Certaines marques affirment qu'elles utilisent les déchets de l'industrie de la viande pour fabriquer leur produit, réduisant ainsi les déchets et participant à une sorte d'économie circulaire. Ce fait est vrai pour certaines marques, notamment celles qui travaillent avec du cuir de qualité provenant de réseaux contrôlés et certifiés. Cependant, ce n'est pas le cas pour toutes les marques et on les imagine mal continuer à utiliser les déchets d'une industrie en constant déclin depuis quelques années. Comment préparer l'avenir dans ce cas, alors que le marché mondial du cuir devrait atteindre 128 milliards de dollars en 2022.

De plus, l'argument du sous-produit peut être facilement mis à mal par des personnes ayant de fortes convictions éthiques. Même si le produit est un déchet que l'on réutilise, il reste un animal mort que l'on porte tous les jours. Il est donc porteur de valeur et de sens. Si vous n'avez pas ce genre de considération, l'argument reste valable mais si vous y êtes sensible, il ne tient pas longtemps.

Les aficionados du cuir (nous en faisons partie, ne nous en cachons pas) misent sur le fait que le cuir, à condition d'être de bonne qualité, permet de créer des produits extrêmement durables et résistants, en évitant l'utilisation de plastiques, microfibres ou autres produits de mauvaise qualité, conduisant à un renouvellement fréquent des objets et donc à la fast-fashion. Nous pensons qu'il vaut mieux acheter un sac en cuir durable et solide qui durera plusieurs décennies que plusieurs sacs en polymères de mauvaise qualité, finissant dans des décharges ou dans nos océans (nous exagérons mais l'idée est là). Ce que nous dénonçons, c'est l'industrie du cuir produite en masse et à bas prix, qui ne tient absolument pas compte des facteurs éthiques, moraux ou environnementaux.

Cependant, nous ne remettons pas en cause le fait que l'industrie de la viande, et par conséquent l'industrie du cuir, est une industrie polluante. Elle soulève également des questions essentielles. On estime que l'industrie de la viande représente environ 15% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Il est difficile de ne pas s'offusquer de tels chiffres. Ce qui nous dérange, c'est la fin plutôt que les moyens. Par exemple, l'Américain moyen consomme près de 25 kg (57 livres) de viande par an. Comment penser à construire une industrie plus durable dans ces conditions ? Réduire drastiquement la consommation, tout en proposant une gamme d'alternatives au cuir, permettrait à chacun de trouver sa propre voie tout en assurant la pérennité de l'industrie.

Il est difficile d'imaginer un monde sans consommation de viande, et nous sommes désolés pour les lecteurs végétaliens. Qu'on le veuille ou non, cette pratique profondément et culturellement ancrée dans nos sociétés perdurera, au moins pour quelques (décennies).

cattle raised for leather

Comment l'industrie du cuir véritable peut-elle réduire son impact ?

Cela signifie qu'il faut repenser les systèmes et les alternatives de production et de traitement afin de créer un écosystème plus durable, tant au niveau de la production, de l'utilisation et du recyclage des matières premières que de la part croissante de cuir vegan utilisé.

Les processus de teinture et de tannage, par exemple, peuvent être améliorés. Aujourd'hui, il existe par exemple le tannage végétal et le tannage minéral. Ce dernier est polluant car il utilise des produits chimiques comme le chrome, qui peut ensuite être déversé dans la nature si elle est mal traitée (ce n'est pas le cas partout, attention), ce qui représente un risque sanitaire et écologique important. Généraliser le tannage végétal, qui utilise principalement des matériaux naturels, et mettre un frein à la fast fashion contribuerait grandement à ce changement de mentalité.

Cependant, le tannage végétal est plus cher et plus long, il est donc difficile pour les marques à bas prix d'opter pour ce choix, alors que le tannage au chrome ou l'alternative plastique sont disponibles. Attention, le tannage minéral est un procédé de tannage qui permet également d'obtenir un cuir de qualité. Cependant, il a un impact plus important. Le cuir, lorsqu'il est correctement traité et de bonne qualité, résiste au temps et à l'usure, ce qui permet de transmettre les objets de génération en génération. Il reste un matériau à considérer.

Certaines grandes marques ont déjà entamé une refonte complète de leur système de production/consommation de cuir en n'utilisant que des teintures végétales, des procédés de tannage végétal, en ne travaillant qu'avec des fermes certifiées, et en bannissant progressivement le plastique et surtout le PVC de leurs créations.

Alors oui, l'industrie n'est pas parfaite, loin de là, et la route est longue pour trouver un équilibre entre les enjeux environnementaux, les aspirations et considérations éthiques et la réalité commerciale et économique.

Plongeons dans le monde des " cuirs vegan " afin de creuser un peu plus et de voir si toutes ces alternatives sont vraiment plus écologiques que le cuir naturel.

climate change

Qu'est-ce que le cuir vegan ?

C'est une très bonne question ! Et il est difficile, au départ, de trouver une réponse qui semble plaire à tous les "experts" en la matière. De notre côté, nous pensons que le cuir végétalien est tout type de faux cuir créé sans l'utilisation de matière animale (que ce soit de la peau ou autre), dans le but d'imiter les caractéristiques et l'apparence du cuir véritable.

Cette définition est large, j'en conviens. Elle permet à de nombreuses matières de prétendre à la belle et commercialisable appellation de cuir végétalien. Historiquement, et avant l'avènement du marketing végane et de la mode éthique, ce type de matériau était appelé "plather".

Avec le temps et sous l'influence croissante de ce mouvement, les fabricants et les grandes marques ont adopté l'appellation "cuir végétalien", plus sexy et valorisante, pour attirer un nouveau public.

Il existe actuellement deux principaux types de cuir végétalien :

  1. le cuir végétalien artificiel et synthétique, fabriqué à l'aide de produits chimiques,
  2. le cuir végétalien naturel, fabriqué avec des matériaux provenant directement de Mère Nature.

Cuir vegan artificiel

Merci à la chimie et au progrès technologique ! Grâce à vous, nous sommes en mesure de créer chimiquement un matériau ayant les mêmes caractéristiques que le cuir.... enfin non, pas tout à fait. Ce serait trop beau, n'est-ce pas ?

Les matériaux principalement utilisés pour fabriquer du cuir végétalien artificiel (qui n'existe pas dans la nature) sont le chlorure de polyvinyle (PVC) et le polyuréthane, des polymères synthétiques dérivés du plastique et donc du pétrole, d'où leur ancien nom de "pleather" pour "cuir plastique". Nous examinerons plus loin son impact sur l'écosystème mais, étant donné sa position plus que dominante sur le marché du "cuir végétalien" ou simplement du "faux cuir", on peut facilement se demander si cette alternative (sans la comparer au cuir) est réellement durable, voire éthique (nous aborderons également ce point.

Pourquoi le cuir synthétique végétalien est-il encore massivement utilisé ? Principalement pour son coût et sa facilité de production. Cela permet aux marques de fast-fashion et low-cost de proposer des produits finis toujours moins chers, tout en prétendant être de qualité équivalente au cuir naturel. La consommation de masse dans toute sa splendeur.

Si l'on regarde les tendances, les marques, notamment de luxe, ont de plus en plus tendance à chercher l'innovation dans ce secteur, notamment dans les alternatives naturelles, afin de s'éloigner du cuir synthétique vegan, que le public commence de plus en plus à décrier pour son impact environnemental.

Cuir Pu

Le cuir PU est un type de cuir artificiel qui n'a de cuir que le nom. En effet, il est composé de produits 100% synthétiques et n'est donc pas produit selon les procédés habituels de l'industrie du cuir. Il n'a rien à voir avec le cuir. Cependant, étant un produit fabriqué par l'homme et malléable, son but est d'imiter le cuir, que ce soit en termes de texture ou de souplesse. Évidemment, le résultat n'est pas à la hauteur et pose de nombreux problèmes, comme nous le verrons plus loin...

Cuir PVC (chlorure de polyvinyle)

Le cuir PVC suit des procédures de fabrication similaires à celles du cuir PU, à la seule différence que le polyuréthane est remplacé par un autre polymère de pétrole : le chlorure de polyvinyle. Il s'agit également d'un cuir 100% artificiel, mais plus dangereux pour l'environnement, notamment en raison des molécules nocives qu'il libère une fois le matériau dans l'environnement.

faux leather jackets

Le macro-problème des microfibres

C'est ici que nous abordons le problème le plus souvent soulevé lorsqu'on parle de cuir végétalien. Déjà, l'appellation " cuir " prête à confusion, et on se demande si les matériaux fabriqués à partir de plastique sont vraiment plus écologiques que le cuir véritable.

De nombreuses marques n'hésitent pas à utiliser l'écologie comme argument commercial pour vendre ce type de cuir. Pourtant, le polyuréthane ou le PVC n'ont rien d'écologique, loin de là.

Il faut savoir que la production de ces matériaux nécessite l'utilisation conséquente d'énergie fossile et de produits hautement toxiques comme le diméthylformamide, cancérigène reconnu, ou l'acide acétique, qui peut endommager la peau et les muqueuses. Bien entendu, le PVC n'est pas biodégradable.

Le résultat de cette production est la création de microfibres, à l'origine de ces matériaux. En 2011 (il y a 10 ans), ces microfibres représentaient 60 à 85% des matériaux d'origine humaine retrouvés sur le littoral et sont aujourd'hui la plus grande source de pollution microplastique dans l'océan. On estime que 13 millions de tonnes de microfibres plastiques sont déversées dans les océans chaque année. La pollution générée est systémique car ces microplastiques sont souvent ingérés par les animaux puis par les humains, posant un véritable problème de santé publique.

Les tissus et les matières textiles sont le fruit du progrès technologique et ont été conçus pour être plus résistants que les fibres naturelles. Plus résistantes dans le temps sur nos épaules, mais aussi dans la nature ! Si l'on ajoute à cela que ces matériaux sont nettement moins chers que les matériaux naturels tels que le cuir véritable, on peut facilement imaginer la masse de consommateurs qui se sont rués sur ces produits abordables ces dernières années.

L'innovation poussant la recherche toujours plus loin, de nouvelles fibres synthétiques, qui se rapprochent de plus en plus des caractéristiques naturelles du cuir, sont développées chaque jour. Ces matériaux sont même souvent promus par des organisations comme PETA, qui met en avant l'aspect " cruelty-free " de ces matériaux, poussant ainsi toute une partie des partisans du véganisme vers ces produits. Le terme "cuir végétalien" trouve ici sa source, dans le fait qu'il s'agit d'un changement clair par rapport à l'industrie traditionnelle et que ces nouveaux produits sont particulièrement destinés à la cible végétalienne.

Il est donc temps d'appeler ces nouvelles matières par leur nom afin de cesser de les assimiler au cuir, qu'elles ne font que remplacer (un peu comme les hamburgers végétaliens). A force de vouloir toujours remplacer l'ancien, on se retrouve souvent déçu de l'alternative. Il nous semble pertinent de développer ces nouvelles déterminations linguistiques afin d'affirmer une fois pour toutes l'unicité du matériau et sa différenciation du cuir. Alors oui, pour le consommateur lambda, le " cuir vegan " est facile à comprendre et à appréhender, mais pour imaginer un futur durable, il faudra aussi passer par l'éducation.

Comme vous pouvez l'imaginer, ces deux alternatives, le cuir PU et le cuir PVC sont loin d'être nos préférées. Si l'on prend en compte l'impact de l'extraction des combustibles fossiles, l'utilisation de colorants non naturels, de produits chimiques et d'une quantité non négligeable d'eau, il semble un peu gros de laisser les marques continuer à commercialiser ces faux "cuirs" comme écologiques.

De plus, l'utilisation du terme " vegan " nous dérange. Alors oui, techniquement tout ce qui ne contient pas de matière animale est par définition végane, mais voit-on souvent de la " vaisselle végane " par exemple ? L'utilisation technique du terme ne nous dérange pas, c'est la signification qu'il instille dans l'esprit des consommateurs qui est plus inquiétante. Aujourd'hui, indiquer qu'un matériau ou un produit est végane implique dans l'esprit du consommateur qu'il est meilleur que le produit original. Or, dans le cas de ces cuirs artificiels, ce n'est pas du tout le cas. Cela pose un réel problème, à la limite du greenwashing.

Mais laissez-nous vous présenter d'autres alternatives, naturelles cette fois et pleines de promesses (même pour nous et nos produits).

plastic pollution

Cuir vegan naturel

On vous arrête tout de suite, même les cuirs naturels végétaliens contiennent des produits chimiques. Cependant, il ne s'agit le plus souvent que de colles ou de films de protection, permettant au produit de conserver ses qualités originelles le plus longtemps possible, l'impact semble donc dérisoire. Ces cuirs à base de plantes ou de déchets végétaux sont principalement issus de l'agriculture conventionnelle, recyclant les restes et les déchets. Cependant, avec la croissance de ce marché, de plus en plus de fermes spécialisées se développent, et sont entièrement dédiées à la production de cuir végétal.

Ces cuirs naturels végétaliens ont l'avantage de consommer moins de ressources (notamment l'eau) et de produits chimiques mais aussi d'émettre moins de gaz à effet de serre que les cuirs naturels et synthétiques.

Le Cuir d'Ananas | Pinatex

Comment ne pas commencer cette présentation des alternatives par la plus connue aujourd'hui : le cuir d'ananas, principalement développé sous le nom de Piñatex (Piña signifiant "ananas" en espagnol).

Ce cuir est fabriqué à partir de feuilles d'ananas, provenant principalement d'Asie du Sud-Est, et est développé par la société britannique Ananas Anam. Il est aujourd'hui utilisé par des centaines de marques dans le monde (dont Hugo Boss, Votch ou Nae) et a prouvé son efficacité plus d'une fois, s'imposant progressivement comme une véritable alternative au cuir naturel.

Cependant, il reste loin de l'aspect et de la texture du cuir naturel, offrant un toucher froissé et peu lisse. En ce qui concerne la durabilité du produit, le Pinatex est actuellement composé d'une couche protectrice en matière synthétique, mais l'entreprise dit travailler sur une alternative biodégradable.


Le Cuir de Pomme | Frumat

Le cuir de pomme ou "peau de pomme" est une alternative développée principalement aujourd'hui par Frumat, une entreprise italienne qui utilise les déchets de l'industrie de la pomme (compotes, jus, cidre). Les déchets sont d'abord broyés, séchés puis transformés en poudre avant d'être mélangés à du polyuréthane, qui sert de liant.

Plus luxueux et de meilleure qualité que le cuir PU mais plus cher que ce dernier, il offre un tissu résistant, souple et durable.


Le Cuir de Cactus | Desserto

Le cuir de cactus est l'alternative qui monte ces dernières années. Mis au point par deux frères mexicains, ce matériau est naturel, souple, durable et convient aussi bien à l'industrie textile qu'à la décoration intérieure.

Le cuir de cactus, ou desserto, est une production particulièrement intéressante, car il s'agit d'un puits de carbone naturel, seule la partie externe du cactus est prélevée, sans tuer l'arbre, il faut seulement 3 feuilles de cactus pour produire 1 mètre de cuir de cactus et ce n'est pas une industrie qui entre en concurrence avec la production alimentaire, les deux utilisant différentes parties du cactus.


Le Cuir de Champignon | MuSkin - Mylo

Le cuir de champignon est une autre alternative naturelle au cuir véritable. Il est fabriqué à partir du mycélium, la racine et la partie immergée du champignon, connu comme un puissant transformateur de matière organique dans les sols.

Il est développé principalement sous deux noms, Mylo et Muskin et est doux, lisse et complètement biodégradable.


Le Liège

Le liège n'est plus une nouveauté et sa présence sur la scène de la mode n'a fait que croître ces dernières années. Son look vintage, sa robustesse et son imperméabilité en font une alternative crédible au cuir véritable.

Il est souvent considéré comme l'alternative naturelle numéro un du moment, même si son avance sur d'autres produits comme le cuir de cactus ou le cuir d'ananas, tend à diminuer. Il est utilisé par de nombreuses marques, notamment pour ce qui concerne l'attache des accessoires et de la maroquinerie.

Le liège offre l'avantage de récupérer uniquement l'écorce de l'arbre sans endommager la plante, ce qui est un avantage par rapport à certaines alternatives naturelles, nécessitant une culture plus intensive.


Le Cuir de Feuille | Leaf Leather

Le cuir de feuille est un matériau encore en phase expérimentale, peu développé à l'international, malgré quelques belles réussites, notamment dans la fabrication d'assiettes ou de kits de pique-nique.

Le cuir de feuille est produit avec des feuilles de teck collectées de manière durable sur l'arbre ou sur le sol. Les feuilles sont ensuite trempées dans l'eau, teintées, puis disposées ensemble avant d'être séchées à l'air libre. Le processus de séchage lie les feuilles entre elles pour en faire un carré de cuir de feuille utilisable.

L'intérieur est souvent doublé d'une fine couche de toile de coton et une fine couche non toxique de BOPP est appliquée pour protéger le matériau organique, maintenir sa texture et son toucher, et imperméabiliser le matériau final.


Le Cuir de Noix de Coco | Malai 

Le cuir de coco est un matériau biocomposite développé par Malai en 2018, dont Zuzana Gombosova et CS Susmith sont les fers de lance, et composé de cellulose extraite des déchets de l'industrie de la noix de coco. L'entreprise récupère l'eau de coco usagée, et réussit avec 4000 L d'eau de coco, à ajouter des fibres de chanvre, du sisal et des tiges de bananes, pour fabriquer 320 mètres carrés de Malai.

Ce cuir végétal est souple et durable, sa texture est très proche de celle du cuir véritable et se teinte facilement. Selon la marque, ce matériau développe une brillance douce et une patine unique au fil du temps.

L'avantage de ce produit est qu'il est compostable et se décompose donc naturellement s'il se trouve dans la nature. Un autre avantage est que le principal matériau utilisé est de l'eau de coco usagée qui a été précédemment jetée. Ce cuir végétal n'implique aucune concurrence sur la ressource.


Le Cuir de Raisin | Vegea

Le végéa est un cuir de raisin obtenu en récupérant les restes solides du raisin après sa sortie du pressoir. Cette matière est appelée marc de raisin et comprend toutes les parties du raisin - pulpe, peau, pépins.

Ces restes sont mélangés à de l'huile végétale et à du polyuréthane à base d'eau, créant ainsi un matériau composite composé à 70% de matières renouvelables, naturelles et recyclées.

Il n'est donc pas encore biodégradable et pas recyclable, ce qui n'en fait pas notre outsider préféré pour le moment. Cependant, il est encore dans sa phase de développement et nous sommes sûrs que la firme travaille déjà sur des alternatives plus durables.


Papier Jacron ou Papertex

Ce cuir végétal arrive un peu en fin d'article car il est éloigné des procédés habituels de fabrication du cuir malgré son utilisation dans des domaines similaires.

Le jacron est un matériau composite composé principalement de pulpe de bois et a été pensé dans les années 1980 comme une alternative aux étiquettes, notamment sur les jeans.

C'est un produit végétalien, respectueux de l'environnement, qui offre une bonne résistance à l'eau et qui a prouvé au fil du temps qu'il était un produit viable, malgré une faible pénétration du marché. Il peut être facilement travaillé, tant au niveau des procédés de teinture que de gaufrage.

Aujourd'hui, il est principalement utilisé dans l'industrie textile mais aussi dans l'industrie de la chaussure, des bagages et autres petits accessoires de maroquinerie.


Le Cuir Mirum | Natural Fiber Welding

Nous voulions terminer cette présentation (non exhaustive) par le cuir végétalien Mirum car il s'agit selon nous d'une des innovations les plus prometteuses dans le domaine du cuir végétalien.

Ce produit est développé par Natural Fiber Welding et est un produit technologique innovant, mélangeant le liège, le chanvre et même la noix de coco pour créer un composite biodégradable, offrant une ressemblance assez incroyable avec le cuir véritable.

Ce matériau offre toutes les caractéristiques du cuir et peut être personnalisé en couleur, forme et texture selon les besoins des marques. Sa teinture est réalisée avec des pigments minéraux non toxiques et des colorants végétaux.

Cette alternative est intéressante car elle ne contient pas de produits chimiques, le liant, généralement du polyuréthane, a été remplacé par du latex issu de l'industrie forestière. Ce matériau n'est donc composé ni de cuir ni de plastique, ce qui le place en tête du classement des alternatives éthiques et durables. Il faudra toutefois attendre l'évolution de ce produit pour voir où se situe son prix.

Cuir véritable sans animaux

Nous sommes à la fin de l'article et nous voulons être un peu taquins en ouvrant ce débat. Nous en savons encore trop peu sur l'analyse du cycle de vie complet des alternatives naturelles, ces produits étant relativement récents et non testés. Il est donc encore temps d'explorer d'autres alternatives.

Qu'en est-il du cuir de culture ou biologique fabriqué en laboratoire à partir de cellules souches animales ? Certaines start-up s'y intéressent de près, comme Modern Meadow aux États-Unis, qui utilise de la levure et du collagène pour créer du cuir véritable, sans jamais mettre en danger la vie d'un animal. L'avantage de cette alternative (outre son aspect "cruelty-free"), est qu'il est possible de développer précisément le cuir souhaité par le client à l'avance, en termes d'épaisseur, de couleur, de grain, etc.

Selon les premières estimations, son prix serait similaire aux cuirs haut de gamme utilisés par les maisons de luxe, et entrerait ainsi dans un marché très restreint et exclusif. Son prix pourrait baisser avec le temps, si le public l'adopte et si la marque réalise des économies d'échelle.

Cependant, certains pourraient se demander : pourquoi se creuser la tête à chercher des solutions toujours plus énergivores et non éthiques alors que la nature offre déjà les alternatives nécessaires ? Nous vous laissons en discuter dans les commentaires !

Conclusion

Il y a toujours quelque chose à reprocher à une matière ou à un produit. Si vous utilisez du cuir, vous polluez et vous tuez des animaux, si vous utilisez du cuir synthétique, vous polluez aussi et si vous utilisez du cuir naturel végétalien, vous rabaissez les gens en proposant des produits finis hors de prix, inaccessibles à la majorité de la population. Grand débat.

L'industrie du cuir est polluante, le nier serait s'en cacher. Cependant, la consommation excessive de viande et de produits en cuir de mauvaise qualité, traités avec des produits nocifs pour l'environnement et la santé, est le véritable problème à nos yeux (en tant que non-végétaliens). Il nous semble important d'encourager le développement de ces alternatives naturelles, tout en les détachant de l'industrie du cuir (ce qu'elles ne sont pas), afin de créer un éco-système plus sain, dont les prix des produits refléteraient également le coût et l'impact de ce produit sur l'environnement.

Si vous êtes arrivé jusqu'ici, félicitations ! Beaucoup de choses ont été écrites, mais le sujet est vaste et compliqué à présenter, tant il peut diviser. Alors oui, présenter du cuir végétalien sur un site vendant des produits en cuir, cela peut paraître absurde. Mais il nous semblait important de présenter ce sujet à nos lecteurs, car nous sommes entièrement pour une diversification des produits, comme nous sommes pour le libre choix de chacun.

Dans tous les cas, n'hésitez pas à nous faire part de vos remarques dans les commentaires. Nous sommes impatients de les lire !

Sac à Dos Vintage

COPENHAGUE

Sac à Dos Vintage

Sac à Dos Randonnée

UPPSALA

Sac à Dos Randonnée

Sac à Dos en Toile

ORSO

Sac à Dos en Toile


📫 Articles de Blog Connexes:

📌  Une brève histoire du cuir - Histoire, fonctions et alternatives

📌  Faux cuir : Découvrir les alternatives artificielles et naturelles au cuir

📌  Qu'est-ce que le cuir collé ? Une alternative controversée au cuir véritable

📌  Qu'est-ce que le cuir PU ? Les secrets d'une alternative au cuir véritable

📌  Qu'est-ce que le cuir PU ? Guide ultime du vieillissement du cuir

auteur

Auteur: Baptiste

Baptiste est un aventurier en herbe et amoureux d'anciens objets rétro au charme fou. À travers ce blog, il cherche à partager sa passion du voyage et de la mode vintage

Post a comment

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.

0